Skip directly to content

L’image et les réseaux pour mettre en valeur le travail des envoyés spéciaux

on Lundi 02/07/12 17:54
Après Clichés de campagne et Bulles de Cannes, voici Retour à Tahrir et Metal Fantaisies : Radio France prolonge une expérience originale, qui mêle une écriture visuelle forte aux voix des internautes captées sur les réseaux sociaux.

Retour à Tahrir, couverture de l'élection présidentielle en Egypte, s'appuie sur les photos de Guillaume Binet (Myop), le travail des envoyées spéciales de Radio France, Vanessa Descouraux et Claude Guibal, et celui de l'équipe web de France Info, pour une mise en ligne commune sur les sites de France Inter, France Info, France Culture et Le Mouv'.
Retour à Tahrir a pu capter ce qu'il reste de l'esprit d'une révolution née place Tahrir et sur les réseaux sociaux. 

Metal Fantaisies s'inscrit dans le cadre d'un travail de longue haleine mené par Arnaud Contreras et l'équipe de Sur les Docks / France Culture. L'objectif : l'exploration de l'univers du metal via ses fans, rencontrés in situ lors du HellFest, le rendez-vous européen des fans de ce genre musical. Deux photographes ont nourri les cinq volets mis en ligne pendant le HellFest: Lionel Charrier (Myop) et Richard Bellia.

À chaque fois le même pari: mêler le regard de photographes ou de dessinateurs, le travail éditorial des équipes de Radio France et les contributions des internautes. Le tout est mis en valeur sur un minisite au graphisme et à la navigation signés par l'agence Upian, avec une agrégation de tweets, sons, images et vidéos via une API éprouvée, Storify. La timeline ainsi créee est ensuite injectée dans l'interface développée par Upian, qui propose une navigation "unidirectionnelle" et intuitive avec les flèches du clavier. D'abord l'image seule, plein écran, puis la timeline qui défile.

L'originalité vient de la place accordée à l'image, avec une écriture photographique forte et décalée. L'anti diaporama. Clichés de campagne, Retour à Tahrir et Metal Fantaisies doivent beaucoup au talent des photographes de l'agence Myop, à commencer par Guillaume Binet, Lionel Charrier, et Ulrich Lebeuf  ou encore Richard Bellia.

Cette interface encore appelée à évoluer est une formidable  mise en valeur du travail des rédactions de Radio France  et démontre qu’un  véritable effort de curation peut faire disparaître le bruit du net avec élégance et en extraire la substantifique moëlle… 

À quand le prochain ?
 
Photo Guillaume Binet / Myop

Post new comment